mercredi 11 avril 2012

RECETTE DE L'EXPRESS POTAGE

L'express Potage : pour débuter un dîner improvisé, un potage raffiné, facile à cuisiner.

Préparation 5 minutes. Cuisson 10 minutes. 1 casserole, 1 moulinette.

Pour 4 personnes : 3 cuillerées à soupe de semoule. 2 jaunes d'œufs. 1 poignée de fines herbes hachées. 1 œuf dur. 1 cuillerée de crème. Sel de céleri. Sel. Poivre.
  • Faites bouillir un litre d'eau salée et poivrée, versez la semoule en pluie et tournez.
  • Retirez du feu.
  • Mettez les jaunes d'œufs dans la soupière et délayez-les avec la crème.
  • Ajoutez le sel de céleri.
  • Versez doucement le potage en tournant.
  • Saupoudrez avec des fines herbes , hachées grossièrement, et l'œuf dur passé au préalable à la moulinette.
Recette gourmande tirée de l'encyclopédie de la cuisine française

À lire la page informative sur la définition et le principe de composition et de préparation des potages. Rappel des conseils sur l'utilité des potages hyperprotéinés MEDIC-SYSTEM 

jeudi 15 mars 2012

RECETTE DE L'OMELETTE BRAYAUDE

Recette de l'omelette brayaude : fondante et parfumée, pour le plaisir de cuisiner un plat traditionnel.

Préparation 20 minutes. Cuisson 20 minutes. 2 poêles, 1 bol.

Pour 6 personnes : 500 g de pommes de terre. 100 g de lard maigre. 8 œufs. 100 g de cantal râpé. 100 g de crème fraîche épaisse. Sel. Beurre ou huile.
  • Pelez les pommes de terre, coupez-les en dés, faites-les sauter à la poêle dans l'huile ou le beurre.
  • Pendant ce temps, coupez le lard en petits morceaux que vous faites revenir dans la seconde poêle. Lorsqu'ils sont revenus, ajoutez les lardons aux pommes de terre.
  • Battez les œufs en omelette. Salez en tenant compte que le lard est déjà salé. Versez sur le mélange pomme de terre-lard.
  • Lorsque l'omelette est cuite, garnissez-la de crème fraîche et de cantal râpé.
  • Servir aussitôt.

Recette gourmande tirée de l'encyclopédie de la cuisine française.

Les omelettes, à l'essentiel de la tradition culinaire de préparation des omelettes.

Lire la page de présentation et informative les Omelettes Protéinées du site boutique.medic-system.fr

mercredi 11 janvier 2012

Comportement alimentaire et activité physique

Le comportement alimentaire et l’activité physique des femmes sont influencés par ce qu’elles considèrent comme étant la norme

K. Ball, R. W. Jeffery, G. Abbott et al., Is healthy behavior contagious: associations of social norms with physical activity and healthy eating, International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity 2010 Dec; 7(1):86

Cette étude suggère que la norme sociale influence le comportement alimentaire et l’activité physique des femmes : Plus les femmes pensent que les autres femmes pratiquent une activité physique ou mangent sainement plus elles en font autant.
3610 femmes australiennes de 18 à 46 ans ont participé à cette étude. Le questionnaire auquel elles ont répondu a permis d’évaluer :
leur perception du comportement des autres femmes en termes d’activité physique et de comportement alimentaire sain,
si elles recevaient des encouragements à pratiquer une activité physique ou à manger sainement de la part de leur entourage (familiale, amical et professionnel),
et quelles étaient leurs propres habitudes alimentaires et activité physique.
Tous les paramètres suivis étaient positivement reliés à la norme sociale : « la pratique d’une activité physique de loisir modérée à vigoureuse », « la marche », « les déplacements en vélo », « la consommation de fruits et légumes » ou « la consommation de fast-food » et « la consommation de boissons sucrées ».
 Selon les auteurs de l’étude, les femmes observant d’autres femmes physiquement actives ou ayant un comportement alimentaire « sain » considéreraient ces comportements comme « normaux » ou socialement souhaitables : Elles seraient donc plus enclines à les adopter, les considérant comme valorisant et comme facteurs d’insertion.

lundi 7 novembre 2011

MANGER DES ÉPINARDS ET SANTÉ

Les épinards, protecteurs des gènes par ses propriétés antioxydantes

Après avoir bénéficiés pendant longtemps d'une réputation flatteuse et incorrecte concernant leur concentration en fer, les épinards dévoilent un effet protecteur sur les gènes dans une étude de l'Université de Médecine de Vienne.

Une équipe de l'Institut de Recherche sur le Cancer a mené une étude dont le but était d'estimer les effets de la consommation d'épinards sur la stabilité de l'ADN des globules blancs et sur certains paramètres biochimiques pertinents pour la santé (concentrations sanguines de diverses substances en particulier).

Une dose de 225 grammes par jour d'épinards homogénéisés pour tous les participants a été ingérée par huit personnes, 16 jours durant. Avant, pendant et après l'étude, l'ADN des lymphocytes a été étudié afin de voir comment ce dernier réagissait aux enzymes endommageant l'ADN. Déjà 6 heures après la première ingestion d'épinards, les premiers effets positifs sont mesurables - et les effets sont restés significatifs toute la durée de l'étude et jusqu'à 40 jours après l'arrêt de la consommation d'épinards (voir [2] pour le détail des effets). D'autres modifications sanguines ont également été constatées : ainsi, la concentration en acide folique (vitamine B9) a augmenté de 27% alors que celle en homocystéine (un acide aminé pro-inflammatoire considéré comme facteur de risque pour de nombreuses maladies) a diminué de 16%. Des études précédentes ont suggéré que l'acide folique a des propriétés anti-oxydantes.

L'étude conclut ainsi que la consommation modérée d'épinards protège l'ADN contre les dommages des oxydants et s'accompagne de changements biochimiques significatifs.

"Wiener Wissenschafter: Spinat schützt die Gene", APA, 7 octobre 2011

Rédacteurs : Maxime Enderli

lundi 31 octobre 2011

Régime hypocalorique riche en protéines et réduction de l'adiposité abdominale

Une nouvelle étude suggère qu’un régime hypocalorique riche en protéines et pauvre en glucides hypocalorique aurait un impact positif majeur sur la composition corporelle, la réduction de l’adiposité abdominale et l’accroissement de la masse musculaire, a fortiori si les protéines proviennent de produits laitiers.

Un nouvel essai publié dans le Journal of Nutrition démontre que le fait de consommer un régime hypocalorique pauvre en glucides et riches en protéines lactées permettait de réduire sensiblement la quantité de graisse abdominale tout en augmentant la masse musculaire chez des femmes en surpoids ou obèses.

Lors de l’étude, 90 femmes préménopausées en surpoids ou obèses mais en bonne santé ont été réparties en trois groupes. Chaque participant a reçu de faibles, moyennes ou fortes quantités de produits laitiers associées à des quantités plus ou moins fortes de protéines d’une autre source et de glucides.

Régime et exercice
A côté de cela, les participantes ont pratiqué des exercices aérobies à raison de cinq jours par semaine ainsi qu’une série d’exercices d’haltérophilie les deux autres jours de la semaine et ce pendant une période de quatre mois.

Après les quatre mois de test, les auteurs ont constaté que, bien que la perte de poids ait été identique dans les trois groupes, celui ayant reçu les plus hautes quantités de produits laitiers et de protéines présentait une plus faible quantité de graisse corporelle, un gain plus important de masse maigre ainsi qu’une force supérieure par rapport aux deux autres groupes.

Variations dans la perte
Bien que la perte de poids ait été identique dans les trois groupes, sa nature était différente selon les échantillons. En effets, le groupe ayant reçu le plus de produits laitiers et de protéines n’avait perdu que de la graisse, principalement abdominale et gagné près de 750g de masse musculaire.

Le groupe ayant reçu les plus faibles quantités de produits laitiers avait perdu près de 750g de muscle quant au groupe ayant reçu un régime contenant des quantités protéines adéquates et une quantité modérée de produits laitiers, il n’avait en moyenne pratiquement pas perdu de masse musculaire.

Or, selon les auteurs, la préservation ou même le gain de masse musculaire est un facteur déterminant dans la préservation de la reprise de poids. En outre, le fait de perdre de la graisse viscérale diminue considérablement les risques de pathologies cardiovasculaires à long terme.

Cette étude suggère donc que le fait d’ajouter des sources de calcium à un régime hypocalorique et hyperprotéiné permettrait donc d’améliorer significativement la composition corporelle et de réduire ainsi les risques de maladies cardiovasculaires à long terme.


Écrit et trduit par Adrien Loreis, diététicien.
Josse A, Atkinson S, Tarnopolsky M, et al. Increased Consumption of Dairy Foods and Protein during Diet- and Exercise-Induced Weight Loss Promotes Fat Mass Loss and Lean Mass Gain in Overweight and Obese Premenopausal Women.Journal of Nutrition, 2011; 141 (9): 1626 DOI:10.3945/jn.111.141028)

lundi 9 mai 2011

POIDS ET METABOLISME

Le poids du corps et le métabolisme énergétique sont intimement liés. L'énergie dépensée n'est pas identique pour tous les nutriments (lipides, glucides et protéines).

Elle varie en fonction du sexe, du temps (l'âge, d'un jour à l'autre),de la taille, du poids, du statut hormonal, du mode de vie.

Régulièrement ou occasionnellement, dès qu'ils sont apportés en quantités excessives, les lipides sont les nutriments qui nous font le plus facilement grossir.

Cette tendance est accentuée par le fait qu'ils calment moins la faim que les glucides et surtout les protéines!

Quel est votre avis sur ce que je lis régulièrement dans la presse scientifique ?